LOVE, Cirque du Soleil – Un spectacle de génie(s)

Publié le par CC

LOVE, Cirque du Soleil – Un spectacle de génie(s)
Prenez le plus grand groupe de pop rock du 20ème siècle. Joignez-y un producteur légendaire, et son fils. Ajoutez le créateur d’une nouvelle forme de spectacle qui a révolutionné l’art du cirque. Mixez le tout, et vous obtiendrez un spectacle inoubliable.

Lundi 21 août, Hôtel Mirage, Las Vegas, Nevada, Etats Unis. Le fan hardcore des Beatles que je suis ose à peine croire qu’il va enfin pouvoir voir ce spectacle. Crée en juin 2006, il n’a, à ma connaissance, jamais été joué en France. Alors, dès que j’ai su que nos vacances allaient faire escales 3 jours à Las Vegas, mon premier réflexe a été de voir si il se jouait toujours, et donc de réserver des places dans la foulée.

Le temps de siroter un petit cocktail en attendant l’ouverture de la salle, de vérifier une bonne trentaine de fois que non, je n’ai pas oublié les places dans notre hôtel à l’autre bout de la ville, et nous voilà à faire la queue en attendant d’entrer dans l’antre magique. Un petit coup d’œil rapide à la boutique 100% Beatles devant laquelle nous passons (et dans laquelle il me sera impossible de ne pas m’arrêter pour dépenser quelques dollars, en essayant au maximum d’être raisonnable, ce qui fût loin d’être facile…), d’admirer le logo brillant du show (penser à faire une photo devant avant de repartir tout à l’heure !) et nous voilà assis.

Photos interdites pendant le spectacle. Interdiction inutile pour ma part tant il eut été impossible pour moi de perdre ne serait-ce qu’une miette du spectacle pour coller mon œil derrière l’objectif de mon appareil ou de mon portable.

Une heure trente de féerie visuelle et auditive plus tard, je ressortais de la salle une sourire béat aux lèvres, et finissais de dépenser mes derniers sous à la boutique (le livre du spectacle, le DVD de "All together now", le making off du spectacle, le disque du spectacle, la casquette du spectacle et…c’est tout !), non sans avoir pris une boisson au bar juste pour avoir le grand verre en plastique logotypé aux couleurs…du spectacle !

Je ne pourrai pas vous décrire ici la magie du Cirque du Soleil. Ceux qui ont vu un ou plusieurs de leurs spectacles vous confirmeront que, quel que soit l’endroit où vos yeux se posent, il y a quelque chose à voir. A droite, à gauche, en haut, en bas, vous regretterez de n’avoir que 2 yeux pour ne pas perdre un détail, une prouesse technique, une performance physique, un gag etc. Guy Laliberté est un génie, et son Cirque du Soleil, créé en 1984, a dépoussiéré les codes d’un art vieillissant, bien que toujours populaire, notamment auprès des enfants. Guy Laliberté avait pour ami un certain Georges Harrison, qui lui a suggéré en 2000 de faire se rencontrer la musique des Beatles et l'univers du Cirque du Soleil. Georges pensait ainsi que c'était une occasion unique pour les 3 Beatles survivants de retravailler une dernière fois ensemble. Il est malheureusement parti rejoindre John 3 ans plus tard, sans avoir réellement pu assister à la genèse de Love.

Avoir demandé à George Martin, producteur historique des Beatles (si vous voulez une idée de ce qu’il a apporté aux Fab Four, sachez que c’est lui qui a suggéré à McCartney de rajouter des cordes sur Yesterday), de travailler sur la bande son est une idée de génie. Il a entrepris cette tâche non sans une certaine crainte car, comme il le dit lui-même, "On marche sur la corde raide en remixant la musique des Beatles. Autant s'en prendre au Saint Graal".

LOVE, Cirque du Soleil – Un spectacle de génie(s)

Accompagné de son fils, celui-ci a recréé plus une heure trente de musique à partir des quelques 200 chansons composées par les Beatles. Il ne s’est pas contenté de choisir quelques chansons et de les mettre bout à bout, mais il a créé une véritable symphonie sans temps mort, enchaînant les chansons en mêlant habilement la piste de basse de l’une, la piste de batterie d’une autre, pour, au final, faire éclater de façon majestueuse la richesse infinie de la musique des petits gars de Liverpool. Empruntant aux compositions des 4 (il a même inclus l’une des chansons écrites par Ringo pour les Beatles, Octopuss’s garden), prenant pour certaines chansons une version live, voir une prise non retenue pour être sur les 33t d’époque, il revisite littéralement l’œuvre des Beatles. Et qui de mieux placé pour le faire que le grand George Martin. Pour la version de "While my guitar gently weeps" utilisée, une version minimaliste tirée d'un des albums Anthology, il a même réenregistré quelques dizaines de seconde avec un orchestre composé d'une quinzaine d'instruments à cordes.

A d'autres moments du spectacle, on peut entendre des enregistrements des 4 Beatles en studio d’enregistrement, et on réalise que ces simples gars de Liverpool ne se prenaient pas au sérieux. Comme le dit Mac Cartney venu assister aux répétitions aux côté de Georges Martin: "Étrange, n'est-ce pas? Personnellement, ce que je trouve étrange tout ça, c'est que le me rappelle avoir écrit ces chansons simplement: un peu de guitare, de piano, un bout de papier, un crayon le dos d'une enveloppe...un processus simple comparé à l'ampleur de ce qui se prépare". Sans le vouloir, il décrit ce que fût, et ce qu'est toujours d'ailleurs, le phénomène Beatles. 4 mecs simples, écrivant des chansons, et qui ont changé la face du monde, ou tout du moins qui ont révolutionné la musique.

Placé sous la vigilance étroite des 2 Beatles survivants et des ayant droits des deux autres (dont Olivia Harrison et son fils Dhani, et Yoko Ono, veuve de Lennon, qui a même fait changer certains passages du spectacle), Love est un enchantement de chaque instant. Le coût total de ce spectacle fût de 180 millions de dollars, incluant la construction dans l'hôtel mirage d'une salle spécialement conçue à la mise en scène de ce spectacle.

Si vous êtes fan des Beatles, courrez-y, vous vivrez une expérience unique. Si vous ne connaissez pas plus que ça l’œuvre immense de ce groupe, ce spectacle vous permettra de découvrir l’extraordinaire variété mélodique des Fab Four. Si vous n’êtes ni dans le premier cas, ni dans l’autre, vous en prendrez plein les yeux et réaliserez que ce que propose le Cirque du Soleil est unique au monde. Si vous êtes fans des Rolling Stones, et que vous détestez les Beatles, en revanche, ce spectacle n’est pas fait pour vous. Si vous y allez, vous risquez de comprendre que cela fait des années que vous êtes dans l’erreur…

Pour finir, donnons la parole une dernière fois à Monsieur Georges Martin, le vrai cinquième Beatles (plus que Brian Epstein, et beaucoup plus que Pete Best ou Stuart Sutcliffe): "Il y aura un noyau dur d'admirateurs des Beatles qui diront que l'on avait pas le droit de toucher aux versions originales". Pas moi, Monsieur Martin, pas moi...

LOVE, Cirque du Soleil – Un spectacle de génie(s)

═════════════════════════════

═════════════════════════════

═════════════════════════════

Vos Commentaires :