Coup de coeur de la semaine : « Godzilla »

Publié le par PF

Coup de coeur de la semaine : « Godzilla »
« Godzilla » n’est pas seulement un blockbuster, c’est tout d’abord et surtout un grand film.
En effet, « Godzilla » est un grand film, de part son identité propre, sa réalisation quasi-parfaite, et sa photographie incroyable. Dans l’univers du film catastrophe, il y’aura un avant et un après « Godzilla ».

Cette réussite est due à un homme, Gareth Edwards, jeune réalisateur britannique de 39 ans, qui, alors qu’il n’avait qu’un seul film à son actif, a été propulsé à la tête de cette super production de 200 millions de dollars.

Ceux qui ont vu « Monsters », son premier film, série B follement inventive et originale, drame de science-fiction saisissant, où le réalisateur occupait tous les postes avec un brio incomparable, ne seront qu’à moitié étonné de sa réussite aujourd’hui. Gareth Edwards revient aux origines de « Godzilla » et reste fidèle à la saga nipponne originale, que ce soit au niveau du design du monstre, aussi bien qu’à l’ambiance apocalyptique qui l’a vu naître.


Malgré cette déférence évidente, il modernise l’histoire, quitte à surprendre, mais surtout sans jamais prendre le public pour un idiot. Servi par une photographie admirable, qui transforme certaines scènes banales en véritable tableau (le saut des parachutistes, chandelles aux pieds, dessinant des sillons rougeoyants dans le ciel) Gareth Edwards va à l’instar d’un Steven Spielberg dans « Les Dents de la Mer », nous faire découvrir son « monstre » par touches successives.

Coup de coeur de la semaine : « Godzilla »

La première partie, après un début apocalyptique, est construite comme un puzzle, et son suspens nous fait attendre chaque scène suivante avec désir. Au bout d’une heure de film, le monstre apparaît, la destruction commence, et là, le réalisateur, contrairement à Rolland Emmerich dans « 2012 », ne se livre pas à la surenchère, ne fait aucune superposition de scènes d’actions indigestes, mais au contraire, nous livre des scènes construites, intelligentes, véritables visions d’un artiste talentueux, qui maîtrise parfaitement son sujet.

Difficile d’en dire plus sur le film, rentrer trop dans l’histoire nous obligerait à dévoiler certains morceaux de l’intrigue, qu’il vaut mieux découvrir sur grand écran.

Coup de coeur de la semaine : « Godzilla »

Vous l’aurez compris, « Godzilla » est un grand film, mais attention ce n’est pas un chef d’œuvre.

Le film a un défaut majeur, ce sont ses personnages humains. Soyons clair, Gareth Edwards se fout complètement de ses acteurs. Bryan Cranston, Haaron Taylor-Johnson, ainsi que les autres comédiens, sont livrés à eux-mêmes, pas très utiles à l’histoire, et sont servis par des dialogues assez pauvres.


On regrettera également la musique d’Alexandre Desplat, compositeur chouchou d’Hollywood, qui essaie bien de s’inspirer de John Williams, malheureusement sans en avoir le talent. D’ailleurs, qui est capable, après avoir écouté 50 de ses partitions, de siffler un seul air de monsieur Desplat ?

Vous l’aurez compris, vous pouvez aller voir « Godzilla » sans aucune hésitation. Vous passerez un grand moment de cinéma, par contre évitez la version 3D qui n’apporte strictement rien au film, et vous gâchera les magnifiques couleurs de la version numérique.

>> Godzilla - Bande Annonce Officielle VF >>

═════════════════════════════

═════════════════════════════

═════════════════════════════

Vos Commentaires :