Lettre à Philip Seymour Hoffman (1967-2014)

Publié le par PF

Monsieur,
Triste dimanche que ce 2 février où à l'heure de passer à table, je jette un dernier coup d’œil sur mon pc portable et là stupéfaction, un tweet annonce votre mort.
Ma première réaction fut d'attendre la confirmation qui malheureusement ne tarda pas à venir. Ma 2ème beaucoup moins intelligente que la première fut de m’étonner de votre décès vu votre âge peu avancé.

Réaction idiote, nous savons vous et moi, et vous maintenant bien mieux que moi que la mort n'a que faire des années. Lors du repas qui suivit je suis resté assez silencieux, repensant à votre carrière. C'est en 1998 que je vous ai rencontré par petit écran interposé. Lors d'une scène de Boogie Nights, film resté culte, boudiné dans un tee-shirt satiné vous déclariez votre flamme à Mark Whalberg. Alors que 98 pour cent des acteurs auraient été ridicules, vous étiez touchant. J'ai donc attendu le générique et j'ai lu votre nom. Tout de suite j'ai été vérifié que vous n'étiez pas le fils caché de Jane et Dustin mais que nenni.


Je vous avais déjà vu, dans le Temps d'un Week-End , Twister et Guet-Apens, mais ce soir là, j'ai appris à connaitre votre nom. On s'est retrouvé la même année dans The Big Leboswsky puis l'année d'après dans Magnolia et Personne n'est Parfait, film dispensable mais où encore une fois vous creviez l'écran.


Mais si vous excelliez, c'était toujours dans les seconds rôles. Le talentueux Monsieur Ripley en 1999 où vous faites remarquer un personnage qui était transparent dans l'original Plein Soleil, Presque Célèbre en 2000 et Punch Drunk Love en 2001 où la encore vous imposez votre marque, votre charisme, votre présence. Les rôles s’enchainent Dragon Rouge, Retour à Cold Mountain, la 25ème Heure, vous arrivez même en une scène à sauver un film du naufrage, comme ce fut le cas dans Polly et Moi en 2004. Puis viens 2005, Bennet Miller que vous connaissez depuis l'école de théâtre vous propose le rôle titre de Truman Capote. C'est enfin votre chance, enfin le rôle que vous attendiez. Ce rôle vous allez le prendre, l'épouser, fusionner avec. Soyons clair vous n'allez pas jouer Truman Capote vous allez être Truman Capote. Vous livrez alors une des plus grandes prestation du 7ème Art. Quand vous allez chercher votre Oscar amplement mérité au Kodak Theater, moi qui suis dans mon salon, je ne peux me retenir d’une larme, doublée de la fierté d'avoir cru en vous 8 ans auparavant, nous sommes alors en 2006.


On vous retrouve la même année en méchant dans Mission Impossible 3. Vous flirtez alors avec le ridicule sans jamais tomber dedans. Puis vous excellez encore en 2008 dans Doute un film qui bien qu'imparfait avait le mérite d'aborder un sujet grave, à savoir la pédophilie. Vous serez très drôle dans l'excellent Good Morning England, puis retour aux seconds rôles, les Marches du Pouvoir, le Stratège etc... Vous signez en 2010 Rendez Vous L'été Prochain votre 1ère réalisation. En 2012 Paul Thomas Anderson qui vous avait révélé dans Boogie Nights, vous offre le premier rôle au côté de Joaquin Phoenix dans the Master. Si le film souffre de longueurs, vous y êtes encore une fois magistral.


Finalement vous nous aurez déçu, Monsieur, une seule fois et c’est bien ce dimanche. Permettez-moi de vous dire que votre rôle de junkie n'a plu à personne. Franck Sinatra avait très bien joué le rôle dans l’Homme au bras d'or et il n’était pas nécessaire d'en faire un remake. Alors certes cette année plusieurs films que vous avez tourné vont sortir et on pourra encore vous revoir que ce soit dans Ezequiel Moss votre 2ème réalisation, dans les 2 Hunger Games à venir ou encore dans un Homme Très recherché d'Anton Corbijn , mais franchement le cœur n'y est plus.


En finissant ces lignes je repense encore à cette scène de Boogie Nights que vous terminiez en criant "i'm idiot". Et oui en plus vous nous aviez prévenu…

Lettre à Philip Seymour Hoffman (1967-2014)

═════════════════════════════

═════════════════════════════

═════════════════════════════

Vos Commentaires :